Olivier Leroux - MFM Radio / Chante France

Radio-Paris Ment, Radio-Paris Ment, Radio-Paris est Allemand

Ci-dessous, rapport de l'agent Dereux au Général Leroux, ensuite transmis à l'Amiral Wagner, officiellement Chef des programmes à partir de 2007, en réalité consultant. Les bonnes méthodes, comme en 42.

Plainte en cours contre Olivier Leroux pour harcèlement, diffamation, dénonciation calomnieuse, atteinte à la vie privée


Ex-MFM, actuellement, speaker voice-track sur ChanteFrance.

D'après ma douloureuse expérience, et en fonction de mon long parcours d'analyse chez les psy (car moi, j'en ai vu), les caractéristiques psychologiques d'Olivier me semblent - en toute humilité - correspondre à celles du psychopathe, en termes médicaux et non "criminels".

Il me faisait surveiller et recevait des rapports sur ces surveillances (voir ci-dessous). Professionnellement incompétent en ce qui concerne la coordination d'antenne. Spécialement pour quelqu'un qui ne sait communiquer que par relation indirecte.

Selon plusieurs témoignages récurrents, Olivier avait l'habitude de brosser de moi un portrait sordide aux nouveaux arrivants à MFM. Ils les mettaient en garde avant même qu'ils m'aient vu, en leur disant que j'étais dangereux. Le témoignage le plus ahurissant que j'ai eu était celui de Jean-Marie Gauthier. A l'époque, celui-ci est arrivé à MFM pour me remplacer à l'antenne le soir entre 20h00 et Minuit, au moment où j'ai été placé au placard la nuit après que j'aie multiplié l'audience de ma tranche par trois. Le premier soir, je suis venu enregistrer mes voice-tracks pour la nuit et je suis venu me présenter à Jean-Marie qui était à l'antenne. Celui-ci m'a rapporté les propos d'Olivier Leroux à mon sujet : "Tu vas croiser Jérôme Vigliano, s'il te pose un problème, tu appelles la police et tu mets l'antenne en automatique". Par la suite, Jean-Marie est devenu un ami. Il n'est pas devenu l'ami d'Olivier, par contre.

Lorsque, alors animateur sur MFM, Olivier a été bombardé coordinateur d'antenne, une personne bien informée m'a raconté qu'il a eu le poste car personne d'autre n'en voulait. Au même moment, Gérard Nublat a eu celui de Chef des programmes, pour les mêmes raisons. Encore, Gérard avait-il un certain talent en matière de connaissances musicales. Et une certaine classe.
Olivier pour sa part se contentait de blaguer en disant être le fils de Michel Sardou (que j'adore par ailleurs). C'était drôle jusqu'au moment où on se demandait s'il n'y croyait pas vraiment. Le reste du temps il bombardait tout le monde de notes antenne redondantes, parfois inutiles et souvent incohérentes.

Olivier Leroux est incapable de soutenir une conversation sans se réfugier dans un registre ironique et de troisième degré. Il a de gros problèmes de communication directe, à l'instar de son compère et complice Gérard Nublat (ex-Chef des programmes de MFM). Sauf avec ceux qui semblent être ses amis, mais avec Olivier on ne sait jamais vraiment. Il est pris de tics gestuels, ce qui n'est rien en regard de ses tics mentaux.
Dangereux sur le plan relationnel car incontrôlable, y compris après tentative de discussion. Avec Olivier il n'y a jamais de discussion, même quand elle a l'air d'avoir eu lieu.
Il m'a fait rire une seule fois en 5 ans. C'était le jour où, en présence de Géraldine Béguin, DG, et de Gérard Nublat, il m'a dit, toujours avec ce masque de celui qui recule en parlant et ce tremblement bizarre dans le corps : "Hum... bien entendu, toi tu es très stable psychologiquement..." (c'était de l'ironie, de sa part, je précise). Sans imaginer le moins du monde que son statut de cadre ne lui donnait pas pour autant le droit de me parler comme ça. J'ai failli lui répondre que cette réflexion, venant de lui, me faisait rire, et, tout en avalant ma blessure, j'ai fermé ma bouche car moi, il me semblait que je lui devais un certain respect. Comme il n'est jamais trop tard pour se rendre compte de ses erreurs, celle-ci est maintenant réparée.

En 2005, quand Gérard Louvin, Président, a imposé à la Direction de MFM, contre sa volonté, sur une radio musicale, une émission de voyance, je me suis rendu compte plus tard que j'avais fait les frais de cette "guéguerre" larvée. On m'a demandé d'animer l'émission avec la voyante et en deux temps trois mouvements, l'émission a été lancée, sans réalisateur, sans standardiste, presque sans préparation.
Les 8 lignes du standard clignotaient non stop pendant une heure et demie dans le bordel le plus innommable du monde. Puis au bout du fil pour répondre à ces très très nombreux auditeurs qui faisaient chauffer le standard - avec numéro surtaxé - on a mis un jeune stagiaire débordé et qui n'avait pas vraiment le profil pour accueillir des gens en dépression, au bord du suicide, en questionnement, bref, le public normal pour une émission dans laquelle ils viennent chercher un soutien.

Après quelques jours de catastrophe logistique, je laisse un message à Olivier Leroux, un peu responsable de la bonne marche de l'antenne, me semble-t-il, au sujet de la façon d'accueillir les auditeurs au standard. Il me rappelle :

- Moi : Olivier, pour un travail comme ça, il faut être responsable, on ne peut pas répondre à la légère à des gens qui sont en souffrance, au bord du suicide, drogués, malades, malheureux, il faut que le répondant ait un minimum de psychologie et un talent d'accueil, c'est le moins qu'on puisse faire, quelqu'un avec une sensibilité, de l'humanité"
- Olivier : ah oui, un "pédé" quoi !

Je ne l'ai pas répété à son grand ami Gérard Nublat, avec qui il prenait le bus le soir à Alma-Marceau, ou bien à Laurent Dereux, son agent double me surveillant (voir plus bas), mais je pense que ça leur aurait fait plaisir.

Vous pouvez écouter Olivier l'après-midi sur ChanteFrance, vous faire penser de manière très très polie qu'il aime les gens à qui il s'adresse à la radio.

Ou bien ci-dessous avec son grand sourire et son numéro Actors Studio.